Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

Cadavre Exquis des entrepreneurs

« L'idée inadmissible procrastine la solitude réussie »

Accueil «   Le cadavre exquis «  

Cinquième chapitre


Vous pouvez suivre la fiction collective aussi sur twitter grâce au hashtag #cadexquis

Précédent / Index

Aucun vote
« Soyons honnêtes… j’apprécie énormément votre concept, la technologie est bluffante et cet entretien m’a convaincu de la valeur de votre personne mais… mais il me reste un gros doute : je ne suis pas sûr que le marché soit vraiment prêt pour votre « dream catcher » !

Evidemment chacun s’est déjà dit, en se réveillant, qu’il aimerait visionner ce dont il a rêvé la veille… Mais avec un peu de recul, la tentation d’utiliser votre outil pour connaitre les rêves des autres semble inévitable ! Pas sûr que l’Opinion Publique soit prête à courir ce risque. Surtout après le succès qu’à connu ce film : Inception ! »

Argh, lui aussi il l’avait donc vu... Je dois reconnaitre que toute l’équipe avaient elle aussi été un peu découragée après l’avoir visionné ! Bien que présentée comme fantastique, « Inception » pointait du doigt le risque bien réel que pouvait faire courir notre produit… D’ailleurs, notre technologie bien plus simple nous permettait de délivrer une offre grand publique multipliant de façon exponentielle les dérives possibles et les querelles de foyers potentielles ! Mais finalement la sortie de ce film avait été une réelle chance : cette gifle nous avait permis de reconsidérer notre point de vue. Ce que nous considérions entre geeks comme un risque, si ce n’est minime, pour le moins secondaire comparé au plaisir potentiel de l’expérience utilisateur ne devait finalement pas être sous estimé…

« En effet, ce film pourrait faire beaucoup de torts à la profession ! Du moins, c’est ce que j’ai pensé moi aussi… mais c’est d’ailleurs pour cela que j’ai besoin de vous… Monsieur Sequelle, votre société est bien numéro un du stockage sécurisé de fichiers en ligne n’est-ce pas ? Si des multinationales acceptent de vous confier des documents contenants des secrets industriels, pourquoi un simple particulier hésiterait une seule seconde à déposer ses rêves dans vos coffres forts numériques ? Votre notoriété associée à notre technologie de cryptage et d’authentification mentale convaincront les moins téméraires, voici d’ailleurs une petite annexe résumant notre stratégie de communication… »

Je lui tendis le dossier et, en bon joueur de poker, le fixai attentivement, guettant le moindre signe qui me permettrait de savoir si cette fois je l’avais définitivement convaincu… Il retenait un sourire, ce sourire qu’a tout investisseur imaginant une sortie en fanfare… Mais à dire vrai, c’est moi qui m’enfonçais davantage encore dans mes pensées… Je réfléchissais à ce qu’aurait été ma vie si, jeune diplômé, j’avais finalement accepté ce poste à responsabilité un an et demi auparavant plutôt que prendre le risque de l’entreprenariat… Avais-je vraiment eu le choix ? Avais-je vraiment hésité ? Aussi loin que remontaient mes souvenirs, à bien y réfléchir je crois que tout me poussait à me lancer… D’ailleurs, pas mal d’indices laissés sur les bulletins par mes professeurs corroboraient a posteriori cette théorie : « Monsieur Grabat le résultat est juste mais vous n’avez pas respecté la méthode… », «les règles sont faites pour être respectées », « prises d’initiatives inappropriées qui ne relèvent pas du cours et perturbent ses camarades»…

Mieux, déjà tout petit quand on me demandait ce que je voulais faire je répondais fièrement : « quand je serais grand je serais inventeur ! » tendant ma dernière création en lego propulsé par je ne sais quel ressort volé dans le stylo du bureau de mon père ou de l’élastique issue de la trousse de toilette de ma mère, les poches pleines des engrenages récupérés en démontant le vieux réveil dérobé chez grand-père… « Monsieur Grabat… Monsieur Grabat ? » « Euh, oui ? » Monsieur Sequelle me regardait, pointant sur moi son smartphone tel une arme de catégorie 4. Je sursautai. « Je rembobinais juste, ne vous inquiétez pas! » plaisanta-t-il. « Je me demande bien à quoi vous pouviez songer ainsi mon ami ! Si seulement j’avais le dream catcher … » Je ne pouvais pas laisser passer la perche « et bien vous voyez je vous ai convaincu, vous serez notre premier client ! Je vous envoie le bon de commande cet après midi ? » lui lançais-je fièrement. Il toussota… Avais-je été trop loin ?

« Votre argumentaire est très réussi, bravo ! Vous m’avez bel et bien convaincu cette fois-ci ! Néanmoins, avant d’aller plus loin dans notre collaboration je me dois, pour être parfaitement honnête, de vous communiquer une information importante… » L’atmosphère s’était tendue tout à coup… je sentis que cette fois il ne s’agissait pas d’une simple technique de séduction consistant à alterner le chaud et le froid. Monsieur Séquelle avait réellement quelque chose de la plus haute importance à me dire.

« Je ne vous apprendrai pas que dans notre secteur nous devons toujours prendre des précautions, n’est-ce pas ? » Je ne savais pas du tout ce qui m’attendait mais je me préparais déjà au pire. Enfin, au pire que je pouvais imaginer alors… et la réalité que j’apprendrai bientôt dépasserait de loin mes spéculations! Cependant, je m’efforçais de ne rien laisser transparaitre.

« Précautions ? »

J’avais appris à employer cette technique de communication consistant à répéter le dernier mot de votre interlocuteur lorsque vous ne savez pas quoi répondre…

« Et bien, je n’irais pas par quatre chemin : nous nous sommes renseignés sur vous et vos collaborateurs ! » « Que voulez vous dire par là ? Nous avez-vous espionné ? »

« Comme vous y allez ! Nous sommes une firme respectable et respectée, c’est pour cela que vous voulez collaborer avec nous, vous venez de me le dire vous même… Nous préférons parler d’intelligence économique ! »

Je sentis ma mâchoire se serrer, mon cœur s’accélérer, mon poing se crisper.

« Et qu’avez-vous découvert de si intéressant ? » Je masquais très difficilement mon agacement.

« Et bien que vous êtes quelqu’un de bien monsieur Grabat, quelqu’un de bien mais d’un peu trop naïf peut-être ? Venez ! Allons dans mon bureau, nous y serons mieux pour discuter de ce point sensible. Et puis j’ai quelque chose à vous montrer… »

Précédent / Index


Vous pouvez suivre la fiction collective aussi sur twitter grâce au hashtag #cadexquis
Romain Parent le 12 février 2011 - #

Alors, vous avez aimé? Wink

Siebmanb le 13 février 2011 - #

Ouai c'est une bonne suite :D

Bastien Siebman le 19 février 2011 - #

Y'a des motivés pour prendre la suite

Outils
* Ajouter un commentaire
Romain Parent

le 7 novembre 2010

Surveiller
Fichiers récents
Commentaires récents
Voir aussi