Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

Cadavre Exquis des entrepreneurs

« L'idée inadmissible procrastine la solitude réussie »

Accueil «   Participer «   Le blog «  

Procrastiner, mais encore ?

Précédent / Suivant / Index

D'abord, procrastiner, on en parle parce ce n'est pas seulement une partie du titre de notre cadavre exquis, qui, rappelons-le, nâquit par la force brute du surréalisme entrepreunarial un beau jour de juvénile été 2010.


Procrastiner, joli mot qui remet au lendemain ce qu'on a à faire, ou chez nous un mot qui remet les autres mots au lendemain. Il est issu du latin procrastinationem, « ajournement », de pro (« en avant ») et crastinus (« de demain »), lui-même dérivé de l'adverbe cras (« demain »). On procrastine en général par peur ou encore par manque d'inspiration, par flemme... Werber, John Irving et même Proust ont écrit dessus. Entre parenthèses, on doit ce "verbe de titre" à notre auteure Laurence Bret (relire L'oeuvre et son titre).

Il existe même une journée de la procrastination... Un jour il faudra que je m'entretienne avec @lbret de l'idée qu'on puisse aussi remettre à demain cette fameuse journée ! Bref, trève de redondance cyclique, ce terme n'est pas apparu par hasard dans notre titre, parce qu'il corrobore deux aspects de la création qui nous concerne ici :

  • la peur de la page blanche bien connue des écrivains (or, vous l'aurez remarqué, ici on écrit des choses),
  • ainsi que l'agoisse de "l'idée qui ne vient pas", assez courante chez les créateurs d'entreprise(s) (or, vous l'aurez remarqué, ici ce sont des entrepreneurs qui écrivent...).

En un mot, vous surfez sur un site de gens assez masos : écrire et entreprendre, entreprendre d'écrire, écrire sur l'entreprenariat, des démarches paranormales d'obsessionnels qui devraient probablement être dénoncés aux autorités compétentes.

Ou peut-être que...

...et si... c'était juste très révélateur d'une dualité nécessaire à l'esprit créatif, où la fournaise de l'hyperactivité peut cohabiter avec les moments faibles, les temps suspendus, voire même leur devoir son effervescence galopante ? Le pas de côté qu'on doit tous faire pour mieux sentir la situation, cette fameuse vision périphérique, la sortie du cadre indispensable à l'apparition d'une évidence tandis qu'on chevauchait jusque là une espèce d'idée diamétralement opposée, voilà qui peut expliquer raisonnablement pourquoi des entrepreneurs, déjà dans le bain de la feuille blanche recherche du business model jusqu'au cou, se sont aussi mis à l'écrire : pour faire refléter dans un autre modèle cette difficulté créatrice, ainsi que ses temps morts nécessaires.

Parfois la formule géniale tant attendue tombe subitement au détour d'un geste banal, non concerné, voire repoussé par procrastination avérée, comme la bonne idée peut surgir en pensant à l'envers ainsi que le racontait récemment Romm1. Tiens, c'est un de nos auteurs aussi !

Il a raison @Romm1 : c'est un fait de l'Histoire des inventions, de nombreuses choses ont été pensées pour une utilisation précise, avec un public cible supposé (voire modélisé), et l'usage en a été largement détourné, au point parfois que cette appropriation secondaire dépasse de loin le succès de l'usage théorique initial. En vrac comme ça : twitter n'était pas spécialement destiné aux veilleurs et professionnels du brand marketing, facebook était destiné à une mince population d'étudiants, et les concepteurs du toboggan moderne n'ont sûrement jamais imaginé que les enfants allaient plus s'amuser à le grimper à l'envers qu'à le descendre...

Et donc ?

Mais d'où viennent donc les bonnes idées alors ?! Bah, sûrement de la force issue de la jonction et des allers-retour entre procrastination et "hyper-invention" obsessionnelle. Tout est nuance, encore faut-il le rappeler excessivement... rolleyes

Commentaires

Bastien Siebman - le 13 octobre 2010

Mais où trouves-tu le temps d'écrire des articles ? :p

Tu pourrais presque faire le chapitre 5 car au final on attend tous avec impatience ta participation ! Bon article by the way Laughing


Juraver Jérémie - le 13 octobre 2010
Je trouve le temps dans celui que je ne prends pas ! Je procrastine !


Do it yourself!

Précédent / Suivant / Index

Juraver Jérémie

avatar
le 4 octobre 2010
depuis Ile de France

Co-responsable projet, rédacteur du blog et animateur de la communauté
Surveiller
Fichiers récents
Commentaires récents
Participer »
Voir aussi